Adresses, Girlboss, Lifestyle

Et si on décidait de se lancer et d’oser ?

5 avril 2018

Le 22 septembre dernier, j’ai terminé mes études. Un parcours plutôt classique et sans embuches. J’ai obtenu mon bac ES avec mention bien avant d’entamer mes études supérieures à l’université de Nanterre en Economie et Gestion. En licence, j’intègre l’université Paris Dauphine, l’école de mes rêves (ou plutôt l’école dont mon père parlait sans cesse depuis le lycée). J’y réalise mon master 1 en Marketing, suivi d’une année de césure divisée entre 6 mois de stage à Paris et 6 mois de stage à Melbourne. A mon retour, je termine mes études en réalisant un Master 2 marketing et Stratégie, en alternance chez Nestlé. Et après ? Même si mon alternance se passe bien et que tous mes proches me parlent de l’opportunité incroyable que d’intégrer un grand groupe ;  c’était déjà trop tard, la Laura d’avant l’Australie n’était déjà plus vraiment là.

Comme tout le monde

Pendant toute ma scolarité, j’ai toujours voulu être comme tout le monde. Je voulais avoir de bonnes notes, faire de grandes etudes afin d’obtenir le fameux graal dont tout le monde parle : le CDI « dans un grand groupe », et profiter de « tous les avantages des grandes boites » comme le dit si bien mon père. La vérité c’est que je suis restée convaincue par cette manière de voir les choses jusqu’à mes 23 ans. Quand mon frère me parlait du fait de ne pas vouloir rester dans un bureau toute la journée, au contraire, moi, je le voulais ce grand bureau, dans une grande tour, avec vue sur tout Paris. J’avais cette vision de la vraie business woman, à l’ancienne, dans son tailleur et ses escarpins ; sans imaginer une seconde qu’on pouvait également être une girl boss.

Du coup, si vous m’aviez dit il y a un an qu’un jour je me lancerais à mon compte, je vous aurais ri au nez. Moi? Jamais ! Je suis bien trop comme tout le monde, dans la norme, terrorisée par le fait de pouvoir un jour me lancer dans un projet personnel, risqué et différent.

Apprendre à oser

Oser, c’est quelque chose que j’ai toujours eu du mal à faire. Oser dire ce que je pense, oser faire ce que j’ai envie, oser rentrer en conflit avec quelqu’un, oser me lancer dans un projet, oser sortir des sentiers battus. Il faut savoir que j’ai commencé la blogging en 2007, via skyblog comme beaucoup d’autres personnes. J’ai du attendre 2011 et ma « consécration » en tant que « blog star » pour enfin commencer à en parler autour de moi.

Ce fut la même chose pour mon compte Instagram. Pas facile d’assumer que l’on va bruncher tous les weekend et qu’on passe près de 15/20 minutes à prendre des photos de son assiette. Certains ne comprennent pas, d’autres ne comprendront jamais et le jugement est si simple. « Ca fait un peu superficiel quand même ». « Pourquoi passer autant de temps pour prendre une photo que seuls tes 200 abonnés verront ». « Pourquoi dépenser tant d’argent pour ça. Tu cherches de la « reconnaissance? » « A quoi ça sert? » « Pourquoi tu partages ta vie? ». Ces questions que l’on entend trop souvent et qui peuvent faire douter.

Je me suis défendue parfois, j’ai argumenté souvent, j’ai eu de la peine, je me suis énervée, mais surtout je n’ai rien lâché ; parce que de jour en jour, j’ai réussi à construire quelque chose d’incroyable : Une communauté avec les mêmes envies que moi, avec qui partager et échanger autour de sujets qui nous rapprochent. Une communauté pour me soutenir et me donner confiance en ce que je fais !  La suite, vous la connaissez plus ou moins. J’ai pris en main mon compte Instagram en juillet 2016 en rentrant d’Australie, j’ai lancé le blog en Janvier 2017, j’ai lancé les Insta Brunch en mai 2017 et finalement, je me suis lancée à mon compte en octobre 2017 en tant que Consultant, Community Manager et photographe à mon humble niveau.

A quoi bon?

Vous n’arriverez jamais à convaincre tout le monde, à avoir l’argumentaire parfait, alors vous savez quoi ? Faites ce que vous avez envie mais faites le intelligemment. Posez vous, prenez du recul, prenez le temps d’établir un plan d’action et lancez vous. Quand je me suis lancée, mon mot d’ordre était : Pas de regret ! Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve mais quoi qu’il arrive, je sais que j’aurais donné le maximum de moi même…Et quand je doute, je continue de penser à la belle expérience que je suis en train de vivre.

Se lancer en tant que Freelance

Me lancer à mon compte a sans doute été la décision la plus difficile de ma vie. Jusqu’à la dernière minute je me suis demandée si c’était une bonne idée. Sur un réseaux social comme Instagram, il est difficile de trouver sa place, de comprendre sa valeur ajoutée et d’imaginer que des marques/établissements puissent nous payer pour ce que l’on sait/veut faire.

Pourquoi moi?

C’est la question que je me pose le plus souvent. Il y a des milliers de personnes sur Paris qui font la même chose que moi, qui prennent de plus belles photos, qui sont mieux organisées et qui peut être seront moins chères que moi. Alors pourquoi me faire confiance à moi ? Vous n’y répondrez surement pas du jour au lendemain, mais jour après jour, expérience après expérience, vous finirez par apercevoir « ce petit plus » qui vous appartient. Accrochez vous à vos différences, c’est la clé.

L’incompréhension des proches :

 Quand on se lance à son compte, c’est souvent un autre point qui nous fait douter. Déjà que nous sommes nous même stressés par la situation et l’inconnu qui nous attend; c’est parfois délicat de se trouver face à ses proches et devoir justifier d’un avenir que nous ignorons nous même ! Face à la situation, j’avoue que je n’avais pas la meilleure des réactions ; j’avais tendance à me refermer sur moi même et chercher une solution de mon côté. En effet, j’ai du mal à parler de faiblesses de peur d’être confrontée au fameux « ah, tu vois » sans penser au final, aux bon conseils et aux mots rassurant que je pourrais avoir.

Aujourd’hui, j’ai une approche différente, j’ai appris à me confier. C’est normal de douter, d’avoir des coups durs, mais avec un bon soutien et de bons conseils, on finit toujours par avancer. Je m’entoure de plus en plus de personnes qui elles aussi on fait le choix de se lancer. Echanger sur nos expériences respectives, s’entrainer, c’est la meilleure des solutions. Pour réussir dans ce milieu, entourez vous des bonnes personnes. Tout seul, vous n’y arriverez surement pas, ou moins bien..

Avantages et inconvénients :

La vie de Freelance possède, comme tout le reste, des avantages et des inconvénients. Bien entendu, le plus grand avantage reste de pouvoir organiser ses journées comme on le souhaite. L’administratif et le manque de stabilité, à l’opposé, sont les réelles contraintes ! Il faut être organisé pour se lancer et être capable de trouver au fond de soi la force d’être optimiste. Je ne suis pas la personne la mieux organisée mais j’apprends ! J’ai des périodes de hauts et de bas, mais tant que les périodes de hauts sont plus nombreuses que les périodes de doute alors c’est que vous êtes sur la bonne voie..

En 6 mois, j’ai déjà beaucoup appris et je sais que le chemin est encore long pour trouver mon équilibre. Entre clients, blogging, relation sociale, insta brunch et sport, la recherche de l’équilibre est ma priorité. Alors on respire un bon coup, on relève la tête et on y va !  Alors, qu’allez vous oser faire aujourd’hui?

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply