Adresses, Alimentation, Lifestyle, Sport

Mon parcours et ma relation au sport

5 décembre 2017

J’ai longtemps hésité à écrire un article sur le sport, ma routine, mon parcours, de peur de ne pas être légitime et de donner de mauvais conseils aux personnes qui liront cet article et qui n’auraient peut être pas les mêmes objectifs ou la même morphologie que moi. Mais vous avez été nombreux, au fur et à mesure de cette année, à me demander comment j’avais perdu du poids et quelle est ma routine hebdomadaire. Je vais tenter tant bien que mal dans ce premier article de vous parler de ma relation au sport et de mon parcours. Puis, je vous rédigerai un article sur ma routine. Le sport est avant tout un moyen de me sentir bien dans mon corps mais pour moi c’est aussi un moyen de pouvoir continuer à tester toutes ces bonnes adresses!  Entre nous, ce n’est pas une surprise, je suis quelqu’un de très gourmande. En revanche, c’est tout aussi important pour moi de prendre soin de moi et de mon p’tit corps.  Alors, c’est parti?

Le sport, l’adolescence et moi.

Toute ma vie j’ai toujours adoré le sport. Plus petite j’ai pratiqué en compétition du Basket, de la natation et même du Handball. J’ai fait du tennis de table, du badminton, et même un peu de danse moderne jazz. En parallèle, il est vrai que j’ai eu, plus petite, une morphologie plutôt avantageuse puisque je pouvais manger autant que je voulais et que je ne prenais pas de poids. Naïve, j’ai cru que cela durerait pour toujours… Puis, les années sont passées, les examens sont arrivés, le stresse aussi. Suite à une erreur d’orientation, j’ai finalement fait mon lycée dans le privé. Le niveau était très élevé et j’ai eu du mal à m’adapter. J’ai beaucoup stressé et aussi beaucoup mangé ! Mauvais timing, puisqu’à 16/17 ans, mon corps commençait à changer lui aussi.

J’ai commencé à prendre du poids, mais j’étais aveuglée par mon ancienne morphologie. Je ne m’en suis pas aperçue, malgré les quelques remarques de ma mère et mon frère. A partir de mes 16 ans jusqu’à mes 20 ans a commencé une véritable période de yo-yo. A l’époque, je faisais 65 kilos pour 1m75. Entre les vacances d’été, le bac de français et ma crise d’appendicite, j’ai finalement atteint les 58 kilos pour mon entrée à la fac, mon poids le plus bas jamais atteint.

Les études supérieures et la compréhension de mon corps

Après mon Bac, lorsque je suis arrivée à l’université, j’avais désormais conscience que mon corps ne sera plus jamais comme avant et que je devrais désormais faire attention. Le problème, c’est que je n’y connaissais rien à l’alimentation, que je n’avais pas spécialement repris le sport et que je traînais principalement avec des garçons qui eux, n’en n’avaient rien à faire de manger des pizza et des frites tous les midis. J’étais faible et je suivais souvent leur rythme même si parfois je ne mangeais « qu’une demi pizza » ou « moins de frites » que la portion habituelle. Mais concrètement c’était inutile ! C’est alors que j’ai repris le sport à l’université de Nanterre avec quasiment que de la cardio.

Après ces 2 années d’études à l’université de Nanterre, j’ai été acceptée dans l’Université que je convoitais tant, l’Université Paris Dauphine. Encore une fois, victime du stresse et d’un emploi du temps pas toujours adapté (commencer tôt, pas de pause déjeuner, finir tard), j’ai repris du poids jusqu’à atteindre les 71 kilos au début de mon master. C’est le poids le plus élevé que j’ai atteint.

Finalement, en première année de Master, j’ai rencontré mon bobo. Il était alors inscrit chez Neoness. Etant donné que j’avais toujours aimé le sport, je me suis décidée à l’accompagner pour une séance d’essai. C’est sans doute la meilleure idée que j’ai eu à cette époque…

La reprise du sport : un parcours tumultueux

Cette première séance chez Neoness a été comme un electro-choc : « La vache, qu’est-ce que ça fait du bien » ! J’avais fait près d’une heure de cardio avec le vélo elliptique et je me sentais tellement bien. Quand on veut perdre du poids, il faut dépenser plus de calories que ce que l’on consomme. Il existe ainsi 2 solutions :

  • Faire plus de sport pour continuer de manger comme avant (court terme)

 

  • Faire du sport régulièrement mais apprendre à mieux manger tout en se faisant plaisir occasionnellement. (long terme)

 

La première année chez Neoness, également la première année en couple, c’est le moment où il est difficile de se re-calibrer alimentairement parlant. On a envie de manger des gâteaux le soir devant la télé, on brunch les weekends, on mange des gaufres en se baladant l’hiver, des glaces en se baladant l’été. Alors certes, au lieu de manger 5 cookies, j’en prenais peut être que 1 ou 2 mais bon. Alors pour compenser tout ça, j’allais très régulièrement au sport et je ne faisais que de la cardio. Je faisais parfois des séances de 2h, 3 à 4 fois par semaine. C’était intense!

Avec ce rythme j’ai tout de même réussi à perdre mes 6 premiers kilos. J’étais revenue à 65 kilos et c’était une première victoire. Le problème c’est que mon alimentation n’était pas saine, que je n’étais absolument pas musclée et il suffisait de réduire le sport pour reprendre instantanément du poids. Il fallait que je trouve un rythme plus sain et qui pourrait durer sur le long terme. 

 

 

L’Australie : La découverte de la Healthy Food

Comme vous le savez peut être, j’ai effectué un stage de 6 mois à Melbourne durant l’année 2016. En Australie, il existe 2 teams, celle de la junk food et celle de la healthy food. Tout le monde m’avait dit que j’allais prendre du poids là bas alors j’ai décidé de me tourner vers la healthy food. C’est en partie ma coloc qui m’a initié à tout ça parce qu’elle était végétarienne avec pour ambition de devenir vegan. Elle m’a fait découvrir cette cuisine et ça m’a énormément plu ! Je me souviens de nos premières avocado pasta ou de mon veggie curry… C’est également en Australie que j’ai découvert les brunch et coffee shop. J’ai gouté pour la première fois à l’avocado toast, à l’acaï bowl, au porridge, au granola, aux healthy pancakes et j’en passe. Je suis tombée amoureuse de cette cuisine si gourmande et si saine à la fois ! Aucun doute, je devais continuer sur cette voie en rentrant sur Paris ! Mais si je découvrais cette nouvelle alimentation, ce n’est pas pour autant que j’arrivais à faire de même chez moi. Je mangeais très peu, une petite salade par ci par là parce que j’avais toujours cette peur de prendre du poids et de ruiner tous les efforts que j’avais fait à Paris l’année précédente.

Dans un même temps, il se trouve que j’avais accès à la salle de sport et à la piscine dans l’immeuble où j’habitais. J’allais quasiment tous les jours à l’un ou l’autre et parfois même les 2 dans la journée. J’ai continué de perdre du poids durant ces 6 mois mais encore une fois, je n’étais pas musclée, mes fesses étaient toujours plates et j’avais des petites gambettes. C’est alors que j’ai commencé à m’initier à la musculation avec des application comme 7 minutes ou quelques machines à la salle. Mais sans une alimentation adaptée, la musculation ne s’avérait pas très efficace.

Le retour à Paris : Trouver l’équilibre

Quand je suis rentrée à Paris j’avais plusieurs objectifs, découvrir tous les brunch healthy de la capitale, continuer de faire du sport mais avec une optique cette fois-ci de renforcement musculaire; donc moins de cardio et plus de musculation ! Au cours de cette année, j’ai testé l’application Fizz Up qui m’a permis de garder un rythme et de me dépasser, j’ai découvert les cours chez Dynamo qui me permettent de me défouler en musique et puis les videos Fitness Blender, des vidéos sportives gratuites adaptées pour tous. J’ai beaucoup appris en observant les autres à la salle de sport. Quels exercices ? Quelles machines ? Quels poids ? Quels mouvements ?  Aujourd’hui je vais au sport environs 3 fois par semaine, 2 pour les petites semaines, 4 pour les plus intenses. Je continue de manger ce qu’il me plait mais sans jamais perdre de vue la notion d’équilibre. Si je mange un plat calorique la veille, je ferais simplement attention la journée qui suit ou alors je varie mon entrainement en y incluant par exemple davantage de cardio.

Mon alimentation est beaucoup plus saine. Je mange davantage de légumes, des plats-maisons, souvent bio, parfois organique. Je consomme moins de viande mais j’opte de temps en temps pour de la viande blanche après certaines de ma séance. Les pâtes au pesto ou celles au saumon restent mes préférées. Je suis fan de veggie burger, de patate douce; j’aime les tartines avec de la pâte à tartiner, des pancakes plein de fruits et de sirop d’érable. Je suis une grande fan de chocolat, de caramel et je ne suis pas contre un petit wrap au mcdo de temps en temps. Je mesure 1m80, je pèse entre 60 et 61 kilos et mon poids est stabilisé depuis près d’un an.

N’oubliez jamais que tout est question d’équilibre et que vous êtes votre seule motivation. Vous devez faire les choses pour vous avant tout, même si vous avez le droit d’avoir une petite motivation extérieure comme moi avec mon bobo, à qui j’ai toujours envie de plaire, même après 3 ans de relation (encore plus, même!)

Je vous écris ce post depuis un petit coffee shop du 17e arrondissement après ma séance de sport. Un café, un granola, mon ordinateur et je suis bien.

Je vous souhaite une très bonne journée,

A très vite,

Laura

You Might Also Like

2 Comments

  • omywaves 10 décembre 2017 at 21 h 47 min

    Enfin je prends le temps de te lire et toutes sorte d emotion m envahi.
    Pas de roman pas de larmes!
    Quel courage!
    MERCI
    Beaucoup de similitudes entre nous… alors tout simplement BRAVO
    Mon texte sera court ( je pense ^^) mais il m est difficile de t’exprimer tout cela par des lignes!
    Je pense que comme moi, cette fierté d avoir ouvert les yeux et d avoir su reagir est la plus belle des recompenses
    Tu peux etre fiere de toi, de cette force de cela t a donnée et du courage que tu as pour poursuivre tout le chemin parcouru!

    Tout simplement BRAVO et MERCI!

    Ps : vive les gourmandes, voyageuses, neonessiennes et bruncheuses 😁🙈

    • Laura Hannoun 10 décembre 2017 at 22 h 05 min

      Hello Ophé, merci beaucoup d’avoir pris le temps de m’écrire ce commentaire vraiment adorable. Publier de la nourriture sur instagram c’est facile mais assumer ce qu’on mange et être bien dans son corps c’est une autre histoire. J’ai voulu casser cette image de moi que beaucoup de personne possède comme quoi je peux manger tout et n’importe quoi et qu’il n’y a aucun contrôle/equilibre/travail sur soi derrière tout ça. Je ne connais pas ton histoire mais je te souhaite bon courage pour parvenir à cet équilibre ! Moi même je continue de le chercher au quotidien, en m’adaptant à mon rythme de vie, les aléas de la vie et même mon corps qui est amené à changer encore avec l’âge ahah. bisous ma belle !

    Leave a Reply